La veille, pensant que la performance ferait un peu de bruit, et surtout pour que personne ne vienne sonner chez moi, j’affiche ce mot sur ma porte :

Chers voisins,
Pour des raisons professionnelles je vais faire un peu de bruit (crevaison de ballons) le Dimanche 5 à partir de 18 H, et ce,
pendant une durée n’excédant pas 20 minutes.
Merci de ne pas sonner chez moi pendant ce moment.
Merci d’avance.
Etyën+A

Le matin de la performance, la sonnerie de l’interphone nous réveille dans un sursaut, à 12h. Je ne réponds pas… Il nous reste 1 heure à dormir et je ne sais pas qui c’est. Quelques minutes plus tard, la sonnette retentit, cette fois, c’est celle de ma porte d’entrée.
On ne répond toujours pas… Ça sonne chez la voisine. On tend l’oreille… C’est la mère Tassin et Jacqueline, la voisine... Mauvais signe !
« Il est pas là ? Ou il doit dormir… Il est peut-être pas là… Il a le gaz ? Non, mais il a peut-être des petites bonbonnes…
bla, bla, bla, il faut appeler la police, bla, bla, bla, vous avez appelé sa sœur ? Elle répond pas… Bla, bla, bla, …
La porte de la voisine se ferme. Ça re-sonne chez moi, ça frappe à la porte…
Voix affolée :
« Mr A, les copropriétaires sont inquiets ! On aimerait savoir ce que vous avez l’intention de faire ! Je reviendrais à 17H30 pour avoir plus d’explications sur
ce que vous voulez faire. Si vous ne répondez pas… J’appellerais la police ! »
Impossible de résister… Julien et moi éclatons de rire.

Fin de l’histoire : 17H30, l’interphone retentit, j’explique que je vais juste crever des ballons de baudruche, … « C’est pour une fête ? _ Non _ Un orchestre ?
_ Non, c’est pour une performance… _Y’a pas de gaz alors ? _ Non, y’en a pas… »

Vite, je dois me préparer…